Artcertificate | Editez vous-même vos certificats d'authenticité

Alléé des marronniers Rosnay l'hopital

Numéro de Certificat : 20181107054639


Année : années 60
Format : 61 x 50
Support : Bois
Technique : Huile

Sylvain Romand

Artcertificate | Editez vous-même vos certificats d'authenticité
Né à TROYES, capitale de la champagne, en 1889, devient artiste peintre contre la volonté de ses parents. ROMAND étudie à l’Académie des Beaux-arts à Paris et y est surnommé le « Danger No 1 « par l’un de ses professeur, à cause de son style volontaire. ROMAND quitte l’Académie , travaille en tant que graphiste publicitaire et, après plusieurs années passées dans la métropole parisienne, il se retire finalement à la campagne, ou il recherche la tranquillité jusqu’à la maturité. Comme l’art ne nourrit pas encore son homme, il travaille comme peintre en bâtiment et décorateur. Puis sa ville natale de TROYES commence à lui porter attention. Il se fait des amis, qui considèrent qu’un Romand est un bien cher qui constitue la touche d’éclat à l’aménagement de leur appartement . Puis vient les voyages à l’étranger, entre autre en Espagne et en Allemagne. Il aime la première pour sa couleur, et l’autre pour sa lumière embuée. Enfin la presse mondiale montre à ROMAND se reconnaissance. Le 8 janvier 1954, le « Monde » à Paris écrit, parmi d’autres choses : André ROMAND est un peintre classique. Sa maitrise sait faire apparaître la lumière comme par enchantement. « ARTS » écrit le 14 janvier 1954 : ses toiles respirent la fraicheur du paysage. Le « New York Herald Tribune » se manifeste enfin : Comme paysagiste, il a peu d’égaux parmi ses contemporains. ROMAND peut voir que ses contemporains le reconnaissent et lui tressent des couronnes. La ville de Paris acquièrent plusieurs œuvres du maitre qui obtient une place d’honneur dans les galerie publiques. ROMAND a atteint un point culminant. Il est parvenu à la gloire de son vivant. En est-il fier ? « A quoi suis-je donc parvenu ? » a-t-il l’habitude de dire, « à assez peu… je suis condamné, à attraper les étoiles or je ne peux jamais les saisir. La hâte d’aller de peinture en peinture est un long chemin de souffrance et de labeur ». Mais qu’ont été les grands de l’esprit et de l’art sinon des malheureux…… Romand décède dans sa ville natale en 1982, et repose au cimetière de Rosnay l’hôpital ( Aube ).

Partager cette page :
Facebook Twitter Google Plus email